• SAY GEOMANCIE by Sandrine

N’est pas géomancien(ne) qui veut !


La géomancie est un art ; un art divinatoire. Elle n'est pas affaire de voyance mais une mancie élaborée, complexe, complète et non subjective (voisine du Yi-King) possédant une richesse immense de données. Elle est exigeante et au-delà des barrières de la connaissance à dépasser, elle procure à la géomancienne, un état modifié de conscience proche de celui de la méditation. L’intuition couplée à un sens de l'analyse et de connaissance psychologique sont nécessaires pour pratiquer dans les règles de l'art. Bien sûr, les règles existent et au début elles m'ont été transmises dans la Tradition.

Car il y a dans cet art comme dans toute pratique une exigence absolue pour avoir l'humilité de délivrer un message authentique.

Comme tout le monde, les psychothérapeutes souffrent de troubles ou pas, et je me souviens des problèmes d'éducation qu’avait ma psychanalyste avec ses enfants.  Elle ne savait pas comment gérer les frasques de son aîné, mais ça c’est ce que les gens disaient. Qu’en était -il en vérité ? Ce n’est pas parce que l’on pratique le laisser-faire qu’on ne fait rien. Les gifles ne sont pas les solutions à l’expression violente que peut nous témoigner un enfant et ce pour moulte raisons. Cette violence est une souffrance que l’enfant ne sait plus gérer, elle doit se manifester pour qu’ensuite il soit engagé une discussion avec le jeune.  Mais je ne suis pas là pour faire ma Françoise Dolto 😊 !  Je savais pour ma psychanalyste car mon père était un ami de son mari et sans jamais lui dire, par pudeur, les informations me parvenaient par bribes. Ce n'est qu'aujourd'hui que je comprends la portée de ce que je dis et je trouve cela éminemment synchronique au moment où j’écris cet article !

Pourquoi ? J’y viens.

Heureusement, on est tous humains et tous perfectibles. On a tous nos faillesnos peurs mais nos espoirs aussi, nos désirs et notre amour profondément humain. Freud en mentor de Carl Jung parlait sur la fin de sa vie de la notion de pulsion de mort et même si elle reste une des notions les plus controversées, elle donne des pistes quant à expliquer cette pulsion de destruction. Freud dit qu’elle représente la tendance fondamentale de tout être vivant à retourner à l’état anorganique. Pour faire court, les pulsions de mort s’inscrivent dans un nouveau dualisme où elles s’opposent aux pulsions de vie (ou l’Eros). Trois essais sur la théorie sexuelle (1905) sont la pierre angulaire de la psychanalyse.  Freud y livre la définition qu'il présente de l'enfant comme un « pervers polymorphe ».  Sigmund Freud était un génie de la psychanalyse à une époque aussi où l’on sortait des contritions de la pensée. Il reste néanmoins intangible, et j’y viens, sa phrase célèbre : " Tout bon analyste devrait d'abord s'examiner lui-même et surtout savoir se soigner pour espérer pouvoir soigner l'autre".

Et il disait surtout qu'en fait cette propension à vouloir soigner l'autre ou aider l'autre n'est que l'expression de ses propres douleurs. C'est le concept du « guérisseur blessé ». A bon entendeur salut ! Alors le sont-ils tous ces psychothérapeutes ? Sont-ils tous des blessés de la vie ? Sommes-nous tous à vouloir nous soigner nous-même en observant l’autre ? Est-ce ce miroir que nous regardons ? Ces questions, je les pose  ici pour vous démontrer la fragilité mais également la force de la transformation qui s’opère au niveau individuel, sociétal puis dans notre monde. 

Je suis même sûre que beaucoup de psychothérapeutes n'entament pas la démarche de peur d'être mal vus, malgré les retours de cette compassion quelque peu faussée envers leurs patients. Même le burn-out les guette, disent-ils dans les rapports: les psys sont à cran. Pourquoi cette fatigue ? Est ce un signe d'un décalage qui n'aura pas été traité car quand on est aligné, en phase avec sa trivalence esprit-âme-corps, on vit dans le bonheur de soi, dans l'amour, la compassion, dans le pardon. Et à part ressentir la fatigue et jamais le mal être, on est bien avec soi. Et je sais que beaucoup ne peuvent pas entendre cela. 

Les souffrances propres s’estompent quand elles ont été accepté une fois mises en lumière…toujours…à la lumière de notre compréhension, puis acceptation.  Elles ne forment plus ces aspérités sur le miroir de l'autre. Ce qui se reflète est parfaitement lisse. L'approche devient parfaitement adaptée à l'autre. 

On voit bien avec son cœur mais si le cœur est blessé, on ne voit qu'à travers le prisme de sa souffrance ; n’est-ce pas ?

La Géomancie est un art divinatoire car elle nous relie au « liner » Supraconscient que l’on n’explique pas encore de manière scientifique classique avec publication en anglais tout bien comme il faut…Pas encore mais ça vient! Elle nous transmet des messages codés qui sont à manipuler avec circonspection et surtout avec un praticien-géomancien ayant des notions d'analyse psychologique importante, au mieux ayant mené son analyse propre. Ce qui est mon cas et je ne dis pas cela pour me vanter mais justement pour vous délivrer cet article en expliquant ma démarche. Depuis que j'ai quitté le monde des entreprises cotées en bourse et vu les dégâts du jeu prédateur-victime aux effets burn-out, je vois les mêmes travers dans ce monde de la voyance auquel je ne me reconnais pas ; avec la connaissance en moins bien souvent et le charlatanisme en plus teinté  d'ignorance. 

Et ça s’engouffre dans le nid du vent d’ouverture de la conscience pure. Oups !

Et on rencontre les mêmes travers humains. L'ambition, les blessures transférées, les haines qui ne révèlent que du non-amour de soi ; etc... etc.. Alors attention si ce monde de la voyance croit détenir une vérité nouvelle et s’il vous le dit sans ménagement ; prenez garde !

Je le dis et le répète, quand l'élève est prêt à recevoir l’enseignement, le maître arrive.  Voyez votre Maître et vous vous verrez !

Sandrine …. depuis Chartres sous la neige 😉

#geomancie #mancie #artdivinatoire #connaissancedeSoi #Tradition #psychogéomancie #psychotherapeutes #freud #mystere #GuerrierdeLumière #yiking #coachingdivinatoire #interprétation