top of page

Carnet de voyage en Egypte #2023

Dernière mise à jour : 4 mars 2023




Le voyage est une aventure ! Partir en Egypte réserve des surprises et les énergies sont toujours très puissantes ! Partie seule le 7 février, je reviens avec une famille d’âme égyptienne grandie de dix belles âmes. Quelle richesse ! de retour cette nuit, je ne peux m’empêcher de vous raconter la joie partagée de cette épopée pendant 11 jours, sur terre, dans les airs, sur l’eau et sous le feu de ce dieu soleil RA.




Les quatre éléments furent appréciés en conscience, du Nord au Sud dans un pays lointain et particulier. Une terre ne peut être que particulière lorsqu’elle accouche d’une aussi longue et glorieuse histoire ; 6000 ans d’histoire.


Il ne s’est pas passé une journée sans son lot d’éblouissement.


L’esprit de Ra nimbe d’un voile doré l’âme de celui qui sait fermer les yeux pour regarder à l’intérieur.


Pourquoi ?

Il faut pouvoir fermer les yeux dans le calme et s’extraire de cette chappe de plomb ambiante (ici, en Europe) pour dédier son âme, quelques instants de sa vie, aux onctions mystiques de l’or solaire. La chappe de plomb est parfois très lourde ; tout aussi lourde que le couvercle du sarcophage de la momie dont je vais vous raconter l’histoire… Vous savez que j’aime les paraboles.


Tombe de la momie vieille de 4300 ans

Juste avant d’arriver en Egypte cette année, les équipes archéologiques de Saqqarah ont annoncé le 26 janvier la découverte, dans un sentier de fouilles aux abords de la pyramide de Saqqarah, de la plus vieille momie trouvée en Egypte ! Jeune de 4300 ans et recouverte avec des feuilles d’or. Elle était plongée dans son sommeil éternel, au fond d’un puits de 15m, dans un sarcophage inviolé de plus de 100 Tonnes avec son couvercle de 4T. Imaginez ! Il s’agit d’un homme nommé Hekashepes. Ce n’est pas encore le tombeau d’Imhotep … toujours introuvable ! Mais voyez comme il est possible de soulever un couvercle lourd de 4 T même après la mort physique ! Peut-être l’âme de ce noble momifié cherchait t-elle à se libérer de ce corps pour accéder à d’autres plans…



Pour revenir à notre voyage, humblement, nous avons réussi, à faire grandir notre Aura individuellement et collectivement. La joie de tous nos partages fut grande. Dans la grande pyramide où la température fut plus que supportable, nous avons accueilli la force et la beauté de cette structure mystérieuse. La fascination quand on se trouve au creux de la pyramide, reste intacte pour moi, même après toutes ces visites passées. Il y avait peu de touristes, et nul besoin de payer cher pour la privatiser et vivre un semblant de privilège ; être à l’intérieur est déjà un immense privilège ! L’ascension intérieure du couloir ascendant sur 50 m et de la grande galerie propulse dans un univers hors du temps. On est au sein, au creux d’une éternité que seule notre âme reconnait. Il suffit ensuite de l’écouter et de se connecter. Cette construction permet une harmonisation de notre corps-âme -esprit avec les forces cosmiques, tout en conscience bien sûr.




Pari gagné ! Bien sûr, nous sommes allés ensuite saluer le gardien, le sphinx. Il nous attendait impassible. Son regard visionnaire reste fascinant et son gigantisme foudroyant. Sa bouche aux contours abîmés rend son mutisme mystérieux. Comme avec le chat, il vous regarde sans rien « dire », ni bouger, il vous scrute et sonde votre conscience et vous plonge dans votre miroir intérieur. Quel voyage ! Le sphinx est un chat à tête d’homme immense et immobile, c’est un scoop ! Je m’amuse bien sûr ! tout le monde dit que c’est un lion à tête de Pharaon mais au fond on ne sait pas grand-chose de la plus grande statue du monde. Encore un mystère pour nous qui fait couler de l’encre et vendre des livres !


Site de Saqqarah côté Est

Puis ensuite, nous avons pris la direction du site majestueux de Saqqarah, à quelques kilomètres du site de Gizeh, au Sud. J’affectionne tout particulièrement cet endroit, surtout après avoir lu le livre de Jean Philippe Lauer « je suis né en Egypte il y a 4700 ans « ; livre que je vous conseille si vous aimez l’archéologie.

Nous avons marché dans le carré devant la pyramide à degré de Djoser pour revivre la fête du jubilé, le Hed Sed, fête célébrée traditionnellement à partir de la trentième année de règne d'un pharaon pour valider sa capacité à mener le pays. On devrait enlever un zéro et proposer à nos dirigeants ce genre de jubilé afin de prouver qu’on est capable de mener son pays vers la grandeur; avec son peuple et les forces cosmiques, les dieux. Le Pharaon devait courir et tenir tête au taureau.


Sous le soleil et la fraîcheur du mois de février, on était hypnotisés par la grandeur et démesure de cette pyramide à degré restaurée récemment. Le ciel était par endroit bleu gris nourri d'une brume et mettant en valeur la pierre antique, toujours couleur miel doré. Je ne me lasse jamais de voir le ciel habiller la terre et ses pierres d’un voile de beauté indescriptible.


La pyramide rhomboïdale de Dashur

La visite ensuite des deux pyramides du site de Dahshur, la rouge et la rhomboïdale, a été une très belle découverte. A refaire. Je n’avais pas eu l’occasion de les visiter. Le site est à une dizaine de km au sud de Saqqarah et a été longtemps une zone militaire. Ouvert aux visites depuis 1996, il y a peu de touristes, ce qui est appréciable après la foule du plateau de Gizeh. Voilà donc deux pyramides que l’on peut visiter à l’intérieur. Je vais travailler sur ces deux constructions très intéressantes et recouper avec celles du plateau de Gizeh. Les voir sur un livre ou un documentaire est si différent et je me rends compte à quel point il est important de prendre rdv avec les monuments sur place. La lecture des édifices en est enrichie.


La pyramide rouge (parfaite)

La pyramide rouge, troisième plus grande, est appelée la pyramide parfaite par les guides. Elle est attribué à SNEFROU premier roi de l’ancienne IV ème dynastie. On sait peu de choses sur l’ancien empire. Elle serait son tombeau et donne l’impression d’être la petite sœur de Kheops. Voyons les dimensions, rapportées à la coudée égyptienne qui je le rappelle était leur mesure de référence.


1 coudée égyptienne = 0.5236 m

Pyramide rouge

Hauteur 104,40 m (+/- 200 coudées)

Base est env 220 m ( +/- 420 coudées)

Angle de 43° (7)

Grande pyramide

Hauteur Initiale ~146,58 m (280 coudées)

Base 230,30 mètres (+/- 440 coudées)

Angle de 52° (7)


Chambres intérieures de la pyramide rouge

L'entrée est située sur la face nord à vingt-huit mètres au-dessus de la base. Il faut du courage pour grimper les escaliers aménagés, assez raides sur la fin. Une fois devant l’ouverture, on découvre un long couloir de presque 70 m (62.63m env 120 c) dont l'angle d'inclinaison est de 27° quand même. L’exploration de l’intérieur vaut le coup. On s’enfonce profondément et l’air manque peu à peu malgré le gros boyau aménagé pour aérer. Ladite descenderie aboutit à un tronçon horizontal de 7,40 mètres (14.14c) qui débouche sur deux chambres successives avec des voutes magnifiques en encorbellements sur les deux faces.


La deuxième est localisée exactement sous le centre de la pyramide.

Au mur Sud, à 7,60 mètres de hauteur (14.51c) apparait une ouverture qui mène à la troisième grande chambre dite funéraire par un long couloir encore de 7m. Un échafaudage a été aménagé pour monter. On sent que des recherches ont été mené (à la dynamite ?) dans cette grande chambre dotée d'une voûte en encorbellement sur deux faces, en pierres calcaires. Le revêtement du sol a disparu. L’endroit est incroyable, de plus l’oxygène manque et les odeurs de méthane invitent à sortir rapidement. L’ambiance est pesante contrairement à Kheops mais on sent le même mystère…ambiance hors du temps. La règle trinitaire, ici, est respectée : 3 chambres travaillées. Pour Khéops, si l’on considère que la chambre souterraine ne compte pas, cette même règle n’est pas respectée : chambre du roi et celle de la reine et logiquement une troisième chambre devrait exister.


La géomancie en 2018 répondait positivement à l'existence d'une chambre secrète encore non découverte.


Existerait-il une autre chambre cachée ?

La mission ScanPyramids

La Faculté des ingénieurs de l’Université du Caire et l’Institut HIP (Heritage Innovation Preservation) coordonnent depuis octobre 2015, sous l’autorité du Ministère des Antiquités égyptien, le projet ScanPyramids, visant à scanner, durant une année, les grandes pyramides d’Égypte (Kheops, Khephren, la pyramide rhomboïdale et la pyramide rouge). À la suite des résultats obtenus, le ministère égyptien a autorisé la prolongation des mesures pendant un an.


Mais qu’en est-il aujourd'hui ?


J’ai adoré cette exploration ; malheureusement je n’ai pas eu le temps de ramper dans la rhomboïdale, ce sera pour la prochaine fois. ;)

Le Pharaon NECTANEBO Musée du Caire

Le musée Auguste Mariette situé au cœur du Caire moderne est toujours aussi plein de touristes. Malgré le transfert progressif des objets vers le nouveau grand musée, il reste encore de nombreuses belles pièces. Le fabuleux masque de Toutankhamon lourd de 11 kg d’or pur et son sarcophage pesant plus de 100 kg d’or pur restent le clou de la visite ! La vision de ces deux merveilles rutilantes donne le tournis. Les statues gigantesques du grand pharaon Amenhotep III et sa femme Tiyi trônent toujours au fond de la grande salle de ce beau bâtiment construit sur les plans de l'architecte français Marcel Dourgnon.


Salle bleue de Saqqarah- statue de Djoser IVème Dynastie


Temple de Denderah dédié à Hator

Après nos péripéties au Caire, nous prîmes la direction Louxor par avion. Le calme de la rive Est et l’ambiance surannée de l’hôtel mythique de Louxor change le registre.

Nous voilà dans la capitale de la Haute Egypte dont l’emblème, la fleur de Lotus, se retrouve partout sur les murs des temples visités.


Denderah - plafond de la grande salle hypostyle

Après 3 h de bus depuis Louxor, j'ai pu redécouvrir le beau temple de Denderah et descendre dans la crypte pour revoir les étranges hiéroglyphes.



Dans la crypte de Denderah

Au Temple d'Abydos, non loin de Denderah, j'ai rapporté pour la deuxième fois la photo de la fleur de vie; des 2 fleurs visibles en haut d'un grand pilier . L'Osirion est toujours interdit au public. Quel luxe de se retrouver dans deux temples importants sans touristes !


L'Osirion

La fleur de vie


La vallée des rois somptueuse aux couleurs du matin nous dévoilaient les couloirs interminables des tombes au milieu des touristes. Les colosses de Memnon continuent de monter la garde du temple des millions d’années écroulé du grand Amenhotep III, grand père de Toutankhamon. Les recherches menées depuis plus de 10 ans avancent et j’ai pu voir de mes yeux les deux statues redressées du pharaon, derrière les colosses. Gigantesque ! Vue d’en haut, en montgolfière, tout change. Les colosses apparaissent plus petit et les touristes deviennent des fourmis. Je continue d’admirer cette rive Ouest à chaque vol différemment ; c’est juste grandiose. Le temps est suspendu au dessus de la vallée des Rois. Encore une analogie symbolique forte.




A bord du bateau, enfin, on a caressé les eaux du Nil. Il reste et demeure un fleuve calme. Voguer sur ses eaux nous fait comprendre à quel point ce fleuve immense de 6600 km est une mère nourricière pleine de bonté et prospérité. Rien ne peut vivre sans le Nil sans le soleil sur cette terre sacrée. Depuis Esna jusqu’à Assouan, le fleuve nous tendait ses bras et nous enveloppait d’une douceur livresque. Les temples d’EDFOU et KOM OMBO comme des phares illuminaient nos appétits d’architecture sacrée justement mesurée et taillée pour l’Homme.



Puis...vogue jusqu'à Assouan...aux portes de la Nubie.



La douceur du matin sur le Nil


Je vais vous parler d'Isis et de son temple sur l’île de Philae (ile d’aguilkia) bien sûr. Visiter son temple c'est Aller à la rencontre de la plus grande déesse d'Egypte, la très célèbre vierge mère, déesse de la Sagesse et de l'amour. cette grande déesse avait franchit toutes les frontières et surtout après la conquête des romains.


Il y avait un temple d'Isis un peu partout et à Rome . C'est à Rome que PLOTIN, le néoplatonicien, avait rencontré un prêtre égyptien qui lui avait fait découvrir la nature divine de son génie intérieur par une initiation. C'est aussi dans un temple d'Isis dans l'isthme de Corinthe qu'Apulée dans son livre "l'âne d'or" a raconté l'initiation de son héros Lucius.


L'occident au 19ème en pleine révolution mécaniste et la découverte de ces sagesses anciennes devenaient une menace pour l'église de Rome et ouvraient la porte de la remise en cause du dogme en Occident.


Nous sommes toujours dans cette période de désenchantement et le processus empire. Ces sagesses anciennes millénaires étaient actives et permettaient à l'Homme de s'unir à son étincelle divine...

Isis était vénérée chez les romains et elle est la mère de nos vierges noires. Elle était au cœur du mythe de la résurrection....


Kiosque de Trajan au temple de Philae

Rendons hommage à madame Christiane Desroches-Noblecourt, conservateur général honoraire du Département égyptien du Louvre, qui a fait revivre Philae, en la sauvant des eaux. Tout comme Abou Simbel. J’ai pu apprécier cette fois de jour les contours et la salle du sanctuaire appelée aussi le MAMMISI , là où est écrit le secret de la création.


Pour votre plus grand plaisir, j’espère, je clos ce carnet la tête pleine d’étoiles, le cœur plein de lumière avec cette envie irrépressible de repartir de nouveau en octobre.


Je vous remercie pour votre attention, votre fidélité et vous souhaite une belle semaine

Sandrine

1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 Comment


Juste magnifique. Quel beau voyage.

Like
bottom of page